LARVES TERRESTRES
    Les larves des insectes à métamorphose complète ne ressemblent pas aux adultes, elles sont totalement aptères et possèdent souvent un régime alimentaire trés différents. Une petite sélection de ces larves est présentée pour la grande variété de leurs formes.
    Les larves de Mouches (Diptera)  toujours apodes, présentent une immense variété de formes. Beaucoups de larves d'Hyménoptères sont également apodes car elles sont en général complètement entourées par la nourriture et n'ont pas besoin de se déplacer.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
CHRYSOPES. Chrysopidae
 
    Les longues nervures sont réduites, et l'une - la radiaire- est presque rectiligne et bien visible au centre de l'aile. Deux nervures en escalier démarrent dans la portion externe de l'aile. D'ordinaire vertes, elles sont parfois brunes.  Essentiellement nocturnes. Les oeufs sont fixés au bout d'un pédoncule grêle. La larve consomme surtout des pucerons, et se camoufle souvent avec les dépouilles vides de ses victimes.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
HEMEROBES. Hemerobiidae
    Famille d'insectes grisâtres ou bruns et de petite taille, ils se distinguent des Chrysopidae par le plus grand nombre de nervures, et des Sisyridae par les nervures fourchues à la marge des ailes. Les larves, moins pourvues de soies que celles des chrysopes, mangent des pucerons.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
RAPHIDIES. Raphidiidae
    Se distinguent par leur long "cou" sur lequel la tête peut être placée loin de l'abdomen. Insectes sylvicoles qui consomment des pucerons. La femelle a un long ovipositeur. La larve mange des insectes sous les écorces et le bois mort. Plusieurs espèce qui diffèrent par la nervation et la forme de la tête.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
LES FOURMILIONS. Myrmeleonidae.
    Ces insectes aux allures de libellules ont un long abdomen et des ailes étroites, dont l'envergure atteint 10 cm. Antennes courtes et robustes, toujours en massue. Vol lent et battu, essentiellement nocturne ou crépusculaire. Les espèces nocturnent s'envolent quand on les dérange durant la journée. Difficile à repérer dans la végétation, avec les ailes resserées sur l'abdomen. Essentiellemnt carnivore (petits insectes) mais certains grignotent du pollen. Biotopes secs et chauds. Les mâles ont des valves saillantes à l'arrière de l'adbomen.
    Les larves s'attaquent aux araignées et aux petits insectes. Certaines déambulent sur le sol, d'autres creusent des entonnoirs coniques dans les sols sablonneux avec juste les mandibules qui dépassent. Les proies glissent vers le fond de l'entonnoir, puis sont saisies et dévorées. Les fourmis sont les victimes les plus fréquentes (d'où le nom de fourmilion). 41 espèces européennes, essentiellement en région méditerranéenne, en particulier en France.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
PANORPES. Mécoptères ou Mouches scorpions.
    Les Panorpes ont l'abdomen souvent recourbé vers l'avant chez le mâle ; leur caractère principal est l'étirement de la tête vers le bas, en forme de "bec" vigoureux. 400 espèces, dont 30 vivent en Europes, essentiellement des Panorpidés. Vol faible. Lieux ombragés. Consomation surtout de petits animaux morts et de fruits. On compte au moins deux génération dans le Sud, et ils peuvent vivrent toute l'année dans le bassin méditerranéen.
    La larve ressemble à une chenille. Espèces difficiles à distinguer, surtout les femelles.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
LES TIPULES. Tipulidae.
    Diptères à longues pattes, communément appelés Cousins. Les pattes se brisent facilement quand on les manipule. Beaucoup ne dépassent pas la taille d'un moustique. Reconnaissables au sillon en V sur le thorax et à l'abscence d'ocelles. L'aile porte dans la moitier apicale une cellule discale distincte. Au repos, les grandes espèces se tiennent les ailes étendues ; oscillent de haut en bas sur leurs pattes. Beaucoup des petites espèces forment de denses essaims d'accouplement. L'abdomen femelle se termine en pointe, pour faciliter la ponte dans le sol ou d'autres matériaux. Quelques femelles aptères, à observer sur les murs des maisons (fin de l'automne). Les adultes aspirent du nectar et d'autres liquides, mais ne se nourrissent guère.
    Les larves sont détritiphages dans le sol ou aquatiques.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
LES MOUCHES APLATIES. Stratiomyiidae.
    Nervures serrées le long du bord antérieur de l'aile, avec une petite cellule discale et, en arrière, des nervures relativement faibles. Vol souvent mou, mais certains mâles volent sur place et "dansent". Visitent les fleurs pour leur nectar ; souvent au soleil sur le sol ou la végétation basse. Au repos, ailes repliées à plat, dissimulant souvent leurs vives couleurs.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
LES TAONS. Tabanidae.
    Mouches trapues, au vol rapide et à antennes robustes. Yeux grands, brillamment ornés et colorés. Nervures formant une large fourche à travers l'apex de l'aile. Tarses portant trois pelotes. Femelles voraces, suceuses de sang, s'attaquant aux grands mammifères (dont l'homme), au moyen de leurs pièces buccales en lames. Les mâles, dont l'ornement est un peu différents de celle des femelles, se nourrissent de nectar. Presque toujours diurnes.
    Larves dans le sol humide et la boue ; carnivores, ou se nourrissent de matières végétales en décomposition. Sur 3500 espèces, 160 sont européennes.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
LES SYRPHES. Syrphidae.
    5000 espèces environ, vol stationnaire et rapide.  Forme trés variable ; fausse marge formée par les nervures de l'aile, qui longent, parallèlement, la marge postérieure ; fausse nervure prés du centre (épaissisement de la membrane alaire, non relié à une véritable nervure. La nervation est importante pour l'identification. Antennes généralement courtes et dirigées vers le bas. Tous se nourrissent de nectar, particulièrement celui des ombellifères. Beaucoup miment les abeilles et les guêpes.
    Les larves qui vivent dans les milieux les plus variés, sont prédatrice, herbivores ou coprophages.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les Calliphoridae.
    Grande famille de mouches assez robustes, ressemblant aux Tachinaires ; éventail de soies près des balanciers mais peu ou pas de postscutellum. Quatrième nervure longitudinale, généralement fortement recourbée près de l'apex. Les adultes absorbent les liquides superficiels grâce à leur trompe spongieuse. Trés communs en été ; beaucoup d'espèces attirées par le soleil au milieu de l'hiver.
    Larves dans les charognes et autres matières animales, quelquefois parasite.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
LES MOUCHES DOMESTIQUE. Muscidae.
    Grande famille assez variable : ressemblent souvent aux calliphorides, généralement plus petites et jamais d'éventail de soies près des balanciers. Quatrième nervure longitudinale rarement fortement courbée vers l'avant. Absorbent des fluides comme les calliphorides.
    Larves dans les excréments et autres matières décomposées, ressemblent à celles des calliphorides. Identification difficile, se fonde sur la disposition des soies et la structure des genitalia.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
LES SYMPHYTES. "mouches à scie".
    Ils se distinguent par l'absence de "taille" : leur abdomen est relié au thorax sur toute sa largeur, même si un léger étranglement est visible entre les deux. Activité diurne, certains volent très rapidement au soleil, d'autres sont plutôt lent et préfèrent s'enfuir sous le feuillage au lieu de s'envoler quand ils sont dérangés. Quelques-uns sont carnivores, capturant d'autres insectes sur les fleurs, mais la plupart sont phytophages : nectar et pollen.
    Toutes les larves sont strictement phytophages : la plupart se nourissent de feuilles. Elles ressemblent à des chenilles de Lépidoptère et s'en distinguent par la présence d'au moins six paires de fausses pattes abdominales alors que les chenilles n'en possèdent jamais plus de cinq.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les Cicindèles.
    Affectionnent les coins ensoleillés. Les yeux sont énormes, les mandibules puissantes et dentées. Des taches couleur ivoire sur les élytres et à la base des mandibules qui sont un camouflage pour ces chasseurs redoutables. Les antennes sont attachées juste au-dessus des mandibules. Le corps est quelque peu aplani, les pattes sont longues et fines. La plupart volent bien, en faisant de longs bonds pour chasser les moucherons sur le sol ; terrains dégagés. Ce sont parmi les plus vifs coursiers du monde des insectes. Elles s'envolent comme des mouches.
    Les larves creusent des terriers d'où elles guettent leurs proies. Une vingtaine d'espèces en Europe.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les Carabiques. Carabidae.
    Ils sont moins élancés que les Cicindèles, et leurs pattes sont plus fortes. Ils sont le plus souvent nocturne, mais quelques espèces sont actives de jour. Les antennes sont attachées sur les cotés, entre les yeux et les mandibules. Beaucoup ne volent pas, les ailes membraneuses sont alors réduites ou absentes. Mais les élytres sont rarement soudés ensemble. Chez les mâles, les tarses antérieurs sont dilatés. Carnivores, les Carabiques consomment une grande variété d'invertébrés : Mollusques, Vers, petits Arthropodes. Peu se nourissent d'aliments végétaux, quelques espèces granivores, d'autres ne dédaignent pas les fruits tombés au sol.
    Les larves sont des chasseurs actifs comme les adultes. La plupart vivent longtemps, l'adulte traverse l'année en hivernant pendant les mois les plus froids.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
ELATERIDAE. "Les Taupins"
    Grande famille (plus de 7000 espèces) de Coléoptères allongés, caractérisés par leur aptitude, lorsqu'ils sont placés sur le dos, à sauter en l'air pour se remettre sur leurs pattes.
    Les larves, cylindriques et allongées dites "Vers fil de fer", sont phytophages ou carnivores et vivent dans le bois pourri ou le sol.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les Lampyridae.
    Ce sont les Vers Luisants, Lampyres et Lucioles qui émettent une lumière froide. Les larves se développent aux dépens des Gastéropodes terrestres .
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les Cleridae.
    Parés de couleurs vivent. Les larves, souvent colorées, sont prédatrices de larves d'insectes. Adultes prédateurs de petits insectes ou amateurs de pollen.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les Coccinellidae.
    Taille petite, très bombés, de forme circulaire, parfois oblongue. Tête rétractée en partie dans le pronotum. Pattes courtes et rétractables, tarses de quatre articles dont le troisième est trés petit et caché dans l'échancrure du deuxième grand et bilobé. Couleurs vives et dessins trés variable ; glandes répugnatoires. Généralement carnivores, concomment des pucerons. Des espèces phytophages peuvent être nuisibles aux plantes cultivées. Hibernent, en groupe, sous des cailloux, quelquefois dans les maisons.
    Les larves carnivores se métamorphosent sur les plantes.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les Dermestidae.
    Détritiphages au corps recouvert d'écailles colorées ou sombres avec de longues soies couchées. Antennes ramenées sous le corps. Cosmopolites (attaquent denrées stockées et livres).
    Larves trés velues.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les Chrysomelidae.
    Plus de 30 000 espèces, presque toutes phyllophages. Brillamment colorées et, pour la plupart, la silhouette arrondie. Tarses en apparence de 4 articles, mais en fait de 5 articles, le 4eme et contenu dans l'élargissement du 3eme. Quelques espèces peuvent être confondues avec des Coccinelles qui n'ont que 3 articles visibles aux tarses.
    Larves molles, ressemblant à des limaces.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les Lucanidae.
    Chez toutes les espèces de la famille, les antennes sont coudées et terminées par un peigne à feuillets fixes. Les mandibules du mâle sont souvent développées.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les Scarabaeoidea.
    Très importante super-famille comptant quelque 20 000 espèces. Antennes en massue formée de feuillets généralement mobiles pouvant s'ouvrir en éventail. Elytres normalement tronqués, en particulier chez les Mélolonthides, découvrant l'extrémité de l'adbomen. La plupart des espèces volent bien. Beaucoup stridulent en frottant l'extrémité des élytres contre la face dorsale de l'abdomen. Les Scarabaeoidea comprennent des coprophages (les Bousiers) et des sapro-xylophages, nuisibles aux végétaux.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les Scarabaeoidea.
    Très importante super-famille comptant quelque 20 000 espèces. Antennes en massue formée de feuillets généralement mobiles pouvant s'ouvrir en éventail. Elytres normalement tronqués, en particulier chez les Mélolonthides, découvrant l'extrémité de l'adbomen. La plupart des espèces volent bien. Beaucoup stridulent en frottant l'extrémité des élytres contre la face dorsale de l'abdomen. Les Scarabaeoidea comprennent des coprophages (les Bousiers) et des sapro-xylophages, nuisibles aux végétaux.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
  HTML>